08/01/2008
Port d'Oran : « Vers une stratégie du conteneur » mais contre la privatisation

Aujourd'hui, avec ce que sont en train de réaliser nos voisins dans le domaine portuaire, il suffit que les frontières s'ouvrent pour que le port d'Oran devienne un petit port de pêche ou de plaisance », pense le premier responsable de l'EPO (entreprise portuaire d'Oran), pourtant favorable à une réforme, mais pas à un changement de cap à 180 degrés. Le processus est engagé, mais les formes et modalités d'application du projet de privatisation des ports ne sont pas encore bien définies pour émettre un avis en conséquence », précise-t-il, tout en disant ignorer le sort qui sera réservé à l'entreprise qu'il dirige. Pour ne pas avoir été associés, les syndicalistes se sont élevés contre cette réforme.
Nous aurions très bien pu émettre des avis qui auraient aidé à trouver des solutions adéquates, mais nous n'avons pas été consultés et pourtant la loi précise bien que le partenaire social doit être associé à toutes les décisions concernant l'entreprise », atteste M. Driss, coordinateur national de la coordination des syndicats des ports et SG de la section locale, qui revenait d'une réunion tenue lundi au ministère des Transports. Mercredi, il devait rencontrer ses pairs au port pour rendre compte du contenu des dernières négociations.













Nous vous garantissons une réponse appropriée, dans les meilleurs délais, à vos préoccupations de transport maritime, de logistique et des conditions portuaires en Algérie.
 
Conception : VITAMINEDZ